mercredi 27 décembre 2017

Top 10 des meilleurs films de 2017



Tous les ans, à l'approche des fêtes, le jeu reste le même dans la blogosphère cinéphile : chacun établit religieusement son propre top 10, comme pour se remémorer les meilleurs crus d'une année cinématographique riche en chefs-d’œuvres, en découvertes (Julia Ducournau, Barry Jenkins, Nahuel Pérez Biscayart...) et en comebacks artistiques réussis (Aronofsky, Shyamalan, Malick...). Vous trouverez donc ci-dessous nos classements respectifs et subjectifs, que nous fusionnerons ensuite dans un top 10 global, qui déterminera quel est le meilleur film de 2017 selon la rédaction d'Opération Kino. Quel long-métrage succédera aux Huit salopards de Quentin Tarantino, notre hit de l'an passé ?



2017 selon Amaury Foucart


Mentions spéciales : Split de M. Night Shyamalan ; Détroit de Kathryn Bigelow ; La Planète des Singes : Suprématie de Matt Reeves ; Quelques minutes après minuit de Juan Antonio Bayonna ; Logan de James Mangold ; Star Wars : Les derners Jedi de Rian Johnson ; Good Time de Ben et Joshua Safdie ; Nocturnal Animals de Tom Ford ; Amercian Honey d'Andrea Arnold ; Visages, villages d'Agnès Varda et J.R.

Prix de la mise en scène : Dennis Villeneuve pour Blade Runner 2049

Meilleur actrice : Emma Stone pour La La Land et Battle of the Sexes

Meilleur acteur : Barry Keoghan pour Mise à mort du cerf sacré

Meilleure musique : Justin Hurwitz pour La La Land

Meilleure nouvelle série : Big Little Lies

Palme Daube : The Last Face


10
Le Musée des merveilles de Todd Haynes : Film de l'enfance, du merveilleux et de l'amour du cinéma. Porté par une bande son bouleversante, Todd Haynes signe un mélodrame aventureux, sensoriel et poétique, où se croisent à différentes époques plusieurs destinées et genres cinématographiques. Une pure splendeur qui m'aura ému aux larmes.

9
Mother! de Darren Aronofsky : Hyperbolique, mégalo, imprévisible, pas toujours d'une grande subtilité, mais empli d'audaces, Mother! est l'œuvre-somme d'un auteur aussi déviant que génial, un grand film malade comme on en voit peu. Jennifer Lawrence donne tout dans ce cauchemar éveillé, traversé par des symboliques puissantes et d'insoutenables malaises.

8
Moonlight de Barry Jenkins : En déployant l'identité d'un gamin sensible des ghettos de Miami, Barry Jenkins brise le tabou on ne peut plus délicat de l’homosexualité en milieux défavorisés, à travers un scénario que l'on pourrait compter parmi les plus justes jamais écrits sur ce sujet et une mise en scène immortalisant avec brio le trouble éprouvé par le personnage. Un mélodrame rayonnant et doux, apparaissant comme un message d'espoir nécessaire dans l'Amérique contemporaine.

7
Song to Song de Terrence Malick : Exaltation des sens, narration déstructurée, grands-angles et travellings vertigineux... Song to Song est un shoot visuel permanent, une captation inédite et expérimentale du réel, oscillant mystérieusement entre l'ultra-naturalisme et la sur-esthétisation. De ce flux d’images incroyablement foutraque, ressort un poème cinématographique d'une grande modernité et d'une douceur revigorante sur les rapports amoureux. J'ai plané.

6
Blade Runner 2049 de Dennis Villeneuve : Dans la lignée de ses précédents longs-métrages, Denis Villeneuve offre au Blade Runner de Ridley Scott une suite personnelle, ultra-graphique et ambitieuse. Une merveille de blockbuster philosophique, autour d'une quête existentielle vertigineuse, magnifiée à chaque plan par d’extraordinaires propositions plastiques.

5
Grave de Julia Ducournau : Avec Grave, première œuvre la plus originale de cette année, tout est une question d’équilibre entre rire et horreur, attraction et répulsion, angle tout à fait pertinent sous lequel seront habilement abordés la naissance de la sexualité et la puissance du désir, à travers la mutation d'une adolescente végétarienne en adulte anthropophage. La révélation d'une auteure, Julia Ducournau, extrêmement audacieuse dans sa manière de démultiplier les tons et les thèmes autour du passage à l'âge adulte ou encore de la monstruosité. Un régal !

4
La La Land de Damien Chazelle : Dépeignant tous les stades de la passion amoureuse, tout en multipliant les hommages aux grands auteurs de comédies musicales, Damien Chazelle dépoussière le genre à travers le dynamisme flamboyant de sa réalisation, signant là une œuvre à la fois magistralement classique et résolument moderne, avec laquelle il ne cesse de circuler entre l'émerveillement et une déchirante mélancolie. Déjà culte !

3
Mise à mort du cerf sacré de Yórgos Lánthimos : Virtuose dans sa manière de distiller l'inquiétante étrangeté avec des pointes d'ironie, Lánthimos met en scène l'effondrement d'une famille pour le moins acerbe, dont l'égoïsme et la froideur croit à mesure que la terreur s’immisce chez elle. Un bel objet dérangé, remuant à souhait, mais aussi tragiquement poétique, qui imprègne nos rétines de visions traumatisantes, d'images à la fois d'une grande beauté plastique et d'une violence psychologique glaçante.

2
120 battements par minute de Robin Campillo : Fresque militante au sens le plus salutaire du terme, 120 BPM est un grand film social et positif face à la possibilité de la mort. Que ce soit pendant les moments intimistes ou de tchatche collective, d'action ou d'émotion brute, Campillo trouve toujours le ton juste entre naturalisme et esthétisation discrète, pour capter au plus près des corps et des gestes la nervosité et la sensualité de chacun. L'accélération cardiaque du titre a bien eu lieu, elle nous laisse sans voix (...et en larmes), mais avec une pulsion revigorante de vivre, de se battre et d'aimer.

1
Dunkerque de Christopher Nolan : Par sa force d'immersion et son langage visuel puissant, Dunkerque pourrait être l'un des premiers blockbusters post-Fury Road tant attendus. Avec ce récit épuré de survie et d'humanité, Christopher Nolan synthétise parfaitement tout ce qui me passionne le plus au cinéma : l'expérience sensorielle, esthétique et émotionnelle. Des premières notes de l'ahurissante partition d'Hans Zimmer, jusqu'à un final poétique et bouleversant, les poils sont au garde à vous et le souffle en est coupé !




2017 selon Camille Olive


Mentions spéciales : Grave de Julia Ducournau ; La Planète des Singes : Suprématie de Matt Reeves ; Split de M. Night Shyamalan ; Ça de Andy Muschietti ; Les Figures de l’ombre de Theodore Melfi, The Last Girl : Celle qui a tous les dons de Colm McCarthy ; A Beautiful Day de Lynne Ramsay, Seven Sisters de Tommy Wirkola ; Get Out de Jordan Peele ; Life : Origine inconnue de Daniel Espinosa

Prix de la mise en scène : Denis Villeneuve pour Blade Runner 2049

Meilleur actrice : Sigourney Weaver pour Quelques minutes après minuit

Meilleur acteur : Joaquin Phoenix pour A Beautiful Day

Meilleure musique : B. Wallfisch et H. Zimmer pour Blade Runner 2049

Meilleure nouvelle série : Mindhunter



10
Moonlight de Barry Jenkins : Acclamé tout au long de l’année, le long-métrage oscarisé de Barry Jenkins mérite sa place dans ce classement, pour sa construction narrative réjouissante, ses acteurs resplendissants et son message d’amour, tout simplement. Un film qui ne peut qu’émouvoir.

9
Fences de Denzel Washington : Une plongée dans une certaine Amérique. Entre conflits et amour, restriction et liberté, Denzel Washington prouve qu’il est capable de mixer académisme et émotions. Le tout servi par un casting cinq étoiles qui nous transporte sans problème dans cette famille si complexe.

8
Logan de James Mangold : Le chant du cygne d’un des héros les plus aimés au monde. Une dernière danse alliant violence, poésie et remise en question d’un mythe, nous offrant surtout la plus grande performance de Hugh Jackman, sous les traits du plus grand mutant que nous connaissons.

7
Dunkerque de Christopher Nolan : Nolan frappe fort encore une fois, immergeant avec une simplicité folle le spectateur dans cet enfer en s’attardant surtout sur sa mise en scène (millimétrée, comme toujours) et en laissant les regards parler à la place de mots vains. Les événements de cette plage nous transcendent avec brio et on ne peut qu'espérer y trouver une échappatoire.

6
Mother! de Darren Aronofsky : Message religieux, métaphysique, hymne à la création, à la destruction... Que de théories sur le dernier film de Darren Aronofsky, créant débats et divisions. Seulement, au-delà de sa mise en scène et de son histoire magistrales, la vraie force de ce long-métrage est qu’il laisse chacun y trouver son compte (ou non) et que tout le monde a raison.

5
Wind River de Taylor Sheridan : Encore une fois, le prix Un Certain Regard de Cannes a été remis au bon film ! Tout comme White God en 2014, Wind River nous plonge dans une part de notre société que l’on ne connaît pas, entre horreurs humaines, immensité des paysages et vengeance glaciale. Gérant parfaitement sa narration et tenant le spectateur en haleine, Taylor Sheridan nous fait reconsidérer notre position d’homme dans une société toujours plus violente.

4
Blade Runner 2049 de Dennis Villeneuve : Quel challenge de s’attaquer à la suite d’un des plus grands films de science-fiction de l’histoire et, une fois de plus, Denis Villeneuve montre sa capacité à combiner le blockbuster et sa vision d’auteur, s’attardant énormément sur l’imagerie (chaque plan est plus impressionnant que le précédent). Néanmoins, le réalisateur n’en oublie pas son histoire et va de rebondissement en rebondissement, sans tomber dans la suite facile. Un nouveau tour de force qui ne laisse présager que du bon pour son Dune.

3
Star Wars : Les derniers Jedi de Rian Johnson : Star Wars se hisse encore une fois dans mon classement et ce n’est pas pour rien ! Avec cet épisode certainement le plus détesté de la saga, Rian Johnson prouve qu’il est capable de bouleverser avec un film Star Wars. Jouant avec les reproches fait au précédent opus, apportant sa vision d’auteur, déconstruisant complètement le mythe, le réalisateur va là où on ne l’attend pas, prends des risques et c’est tout ce qu'on attendait !

2
Quelques minutes après minuit de Juan Antonio Bayona : Petit film que personne n’attendait, celui-ci se trouve être une des plus grandes réussites de l’année. Sous l’angle d’un conte pour enfants, le long-métrage se trouve être une fable adulte pleine de poésie, qui ne laissera personne indifférent... Sans oublier la performance exceptionnelle de Sigourney Weaver, toujours aussi incroyable !

1
The Rider de Chloé Zao : Toujours sans date de sortie mais présenté à Cannes cette année, voici LE film de 2017 ! Aucun film ne fut plus juste que celui-ci sur la relation entre un homme et un cheval, un homme et sa famille, un homme et ses rêves brisés, face auxquels il doit continuer de vivre. Sans jamais tomber dans le pathos, le film nous décroche sans problème une larme et nous rappelle à quel point il est important d’être humain avant tout.



Et le film de l'année d'Opération Kino est...


1. Dunkerque
2. Blade Runner 2049
3. The Rider
4. 120 battements par minutes // Quelques minutes après minuit
5. Mise à mort du cerf sacré // Star Wars : Les derniers Jedi
6. La La Land // Mother!
7. Grave // Wind River
8. Song to Song // Moonlight
9. Logan
10. Fences

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire